Monsieur Mamina CAMARA, ne confondez pas météo et politique ! (Par Yaya Diémé)

Depuis votre installation à la tête du Conseil Départemental de BIGNONA, nous n’avons jamais cessé d’espérer. Votre Macky fut l’un des meilleurs élèves du Wada. On se rappelle qu’avec le Président Abdoulaye Wade, il était question de trouver en Casamance un nouveau type de leadership puisque les rares qui étaient là ont excellé dans l’art des guéguerres frivoles et des pratiques occultes pour se maintenir indéfiniment au trône. Le cas de Robert SAGNA, avec ses 22 ans en tant que ministre et édile de la ville de Ziguinchor est l’exemple vivant d’un leadership politique inefficace et improductif en Casamance. Aucune vision assortie d’un programme politique n’a été initiée et réalisée pour promouvoir le développement de la Casamance. L’incompétence et le manque d’ambition se constatent aisément quand il faut revenir sur le passé des élus locaux casamançais. On ne peut comprendre que la Casamance, jadis fidèle au PS, souffre du manque criard d’industrialisation malgré ses énormes potentialités en termes de productions agricoles. Pourtant, elle regorge de ressources économiques grâce aux énormes richesses de sa biodiversité ( forêts et eaux).





Les leaders de la Casamance n’ont jamais eu le courage politique de quitter le navire du parti au pouvoir ni l’intelligence politique de se constituer en bloc pour capter les investissements. Ils sont complices et comptables des gestions antérieures qui ont mis le Sénégal à genoux. Ainsi, faut-il noter le complexe d’infériorité qui les a toujours maintenus dans un silence coupable suicidaire. Aucun leader casamançais n’a su marcher à l’image du charismatique Émile BADIANE.

Le Macky au Pouvoir a suivi les pas du Président Wade. Abdoulaye BALDÉ, Mamadou Lamine KEITA ont tous été parachutés et imposés aux populations de la Casamance car pour WADE il fallait du sang neuf avec une jeunesse courageuse et affranchie de toute complaisance.
Malheureusement, les grands espoirs suscités par leur arrivée sur la scène politique ont vite fondu comme beurre au soleil.

Monsieur le Président Mamina CAMARA, vous aussi et votre ami Moustapha Lô DIATTA étiez annoncés comme des technocrates. Les populations avaient alors pensé qu’elles connaîtraient une autre forme de gouvernance. Elles pensaient qu’une nouvelle dynamique politique allait enfin naître. Hélas ! Que nenni ! Je me permets d’être le porte-voix des populations de Bignona pour vous soumettre légitimement ces deux questions : quel est votre bilan ? qu’avez vous réalisé ?

Je vous informe que les enfants du Fogny et des Kalounayes, qui sont nés au début de votre magistère, sont aujourd’hui à l’école. Leurs maîtres sont obligés de convoquer des images pour leur montrer à quoi ressemble une route goudronnée. Pourtant, des milliers d’autres enfants, dans certaines contrées du pays, montent dans des voitures roulant sur des routes goudronnées pour se rendre à l’école. Qu’avez-vous à y répondre ?

Monsieur le Président Mamina CAMARA, saviez-vous que certains enfants du Fogny pensent que le dalassi est une monnaie sénégalaise, que les voitures de matricules gambiennes sont sénégalaises ? Ils nourrissent même le rêve d’étudier en Gambie. Le saviez-vous ? Qu’avez-vous fait ? Avez-vous médité sur le message pluviométrique que les populations de BIGNONA vous ont adressé lors de la présidentielle ? Elles, comme la météo, vous ont annoncé des orages, des tonnerres, des inondations mais ayant pitié de vous, vous ont seulement foudroyé les 62%. C’est le plus gros taux de millilitres d’eaux pluviales de cartes d’électeurs jamais données à un leader dans le département. J’emploie le langage de la météo pour mieux me faire comprendre par le météorologue que vous êtes. Pensez-vous que les élections municipales seront décisives si vous êtes assis sur aucune localité ?

Prenez vos dispositions pour partir car le vent sera fort et violent entre 2020 et 2024 en provenance de l’Est et l’Ouest et de fortes pluies accompagnées d’orages vous viendront du côté Sud et des inondations seront attendues au Nord, balayant la zone de Kafountine, Diouloulou, Kataba. Le Pompage se fera à Djibidione et à Oulampane. Et comme le dit le Macky, on ne peut empêcher le ciel de pleuvoir.

Pour rappel, lors de la présidentielle, vous aviez fait 6 mois de campagne. Vous aviez confectionné aux braves femmes des tissus dits « assobis » chez nous. Vous aviez sacrifié des boeufs et organisé des festivités. Pourtant, il a fallu une nuit au rond-point Émile BADIANE au Président Ousmane SONKO pour que son leadership multiplie vos efforts par zéro.

John Maxwell dit dans son livre sur les 21 lois irréfutables du leadership  » Si vous n’avez pas d’influence, vous ne serez jamais capable de mener les autres. La seule chose qu’un titre peut offrir, c’est un peu de temps soit pour accroître votre niveau d’influence soit pour la miner. » Il termine par dire « Ce n’est pas le poste qui fait le leader mais le leader qui fait le poste ». Aujourd’hui, le député qu’il est existe car parmi la centaine que compte notre Assemblée Nationale, il est le seul leader qui a su redorer le blason de haut lieu de représentation du peuple et en assure et assume pleinement son rôle de député du peuple.

Président Mamina CAMARA, vous devriez démissionner car vous avez perdu les élections dans toutes les 19 communes du département de BIGNONA. Je vous rappelle encore les attentes des populations du département de BIGNONA auxquelles vous n’avez jamais su répondre.

▶️ Depuis 15 ans, la jeunesse de BIGNONA attend la réception de son Stade.

▶️ La construction d’un Lycée d’enseignement général moderne.

▶️ Le centre de formation aux métiers spécialisés.

▶️ Un programme intégré d’insertion professionnelle et la création d’emploi.

▶️ La valorisation du sport et l’accompagnement des athlètes.

▶️ L’érection du district sanitaire de BIGNONA en hôpital de niveau 2.

▶️ L’arrêt de la coupe abusive de bois et la mise en place d’une stratégie structurée capable de lutter efficacement contre les feux de brousse.

▶️ La revalorisation et le reboisement de la forêt classique de Tenghori.

▶️ La facilitation de l’accès aux terres (foncier) pour les jeunes diplômés en agriculture qui n’ont pas les moyens d’entreprendre.

▶️ Le développement d’une stratégie de lutte pour stopper l’avancée de la mer à Kafountine et à Abené.

▶️ La promotion du tourisme par une politique locale capable de vendre la destination de Kafountine qui a l’une des meilleures plages du Sénégal avec des îlots paradisiaques.

▶️ La mise en place d’une maison de production musicale et artistique pour les jeunes artistes compte tenu du potentiel culturel et artistique dont regorge notre département.

▶️ La mise à disposition d’un fond économique pour soutenir les unités de transformation afin de valoriser le patronat local et gagner en entrants fiscaux.

▶️ Le développement d’une politique agricole capable d’assurer l’accès à la matière première pour les unités de production afin d’être moins dépendant des aléas climatiques.

Et tant d’autres choses sur lesquelles vous êtes attendu. Voilà vos chantiers nobles que vous deviez avoir la générosité de réaliser. Je voudrais vous épargner l’indignation des Bignonois quand on sait que la morgue du District sanitaire de BIGNONA, pour un moteur neuf de 3 millions, ne fonctionne pas depuis sept mois dans un contexte de covid-19.

Qu’avez vous fait pour penser que les élections locales seront décisives ? Tenez-vous le pour dit : votre départ est imminent.

Par Yaya DIEME,
Chargé de Communication Départementale de PASTEF BIGNONA.

En réponse à l’article paru dans Setal.net : Mamina Kamara à Ousmane Sonko : « Les prochaines élections seront décisives et elles vont nous départager… »




Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *