MEER, un CONGLOMERAT de délateurs, de profiteurs, de voleurs, de corrupteurs et corrompus, d’indisciplinés, d’égoïstes, de roublards et fraudeurs !!!

Quelle fébrile communication !
C’est avec un sentiment de regret et de dépit, après avoir parcouru leur soi-disant communiqué aux arguments d’une nullité décevante.
Décidemment, vous ne changerez jamais, toujours les mêmes larbins.
Cette façon éhontée de faire les yeux doux au prince ne vous grandit nullement. Nous, étudiants de PASTEF-UCAD, notre ADN politique et notre patriotisme nous interdisent telles positions.
Hélas ! Quoi de plus évident de mentir pour défendre quelqu’un qui vous donne sept (7) millions chaque mois et emploie certains d’entre vous avec un salaire de la hiérarchie A sans diplôme avec des contrats fictifs.
« KOULA ABAL AY BEUTT NELLA FII GAY KHOLL ».
Ces propos très élogieux des conditions sociales des étudiants et des prouesses supposées de Macky SALL en matière d’enseignement supérieur n’est qu’une manière désespérée de garder ces privilèges indus. Il est clair que dans ce pays, tout énergumène en perte de vitesse qui veut attirer quelque lueur de son côté devra s’attaquer au Président Ousmane SONKO.
Heureusement que les sénégalais, dans leur écrasante majorité, ont compris leur démagogie politique. Inutile de vous rappeler que vous êtes tous des parias et vomis par le peuple. Les derniers événements de révolte populaire nous confortent dans notre position.
A vous entendre parler, nous sommes tentés de vous poser cette question : est-ce que vous vivez au campus social ou à la planète Mars ? Evidemment non ! Ah oui la cagnotte de sept (7) millions vous permet d’avoir des conditions de vie acceptables pendant que les étudiants vivent le calvaire.
Quelles avancées parlez-vous ?
· La réduction du prix des tickets et l’augmentation des bourses : mais à la suite de l’assassinat des étudiants au campus. Ces mesures ont été prises pour apaiser la tension au sein des campus des universités sénégalaises à la suite de la mort de Mouhamadou Fallou SENE ; une façon malhonnête de rendre une justice qui n’en est pas une. D’ailleurs c’est durant le magistère de Macky Sall que des universités ont enregistrées plus de martyrs.
· La construction de nouveaux pavillons : vous parler de construction de 5 ou 6 pavillons sans dire que ces derniers remplacent d’autres détruits sans compter la fermeture des pavillons PM4 et MP5. A cela s’ajoute des chantiers en cours depuis 2015 occasionnant un déficit énorme de logement des étudiants. L’UCAD compte aujourd’hui plus de 100 mille étudiants ; ces réalisations nous semblent encore dérisoires par rapport aux besoins réels des étudiants. En effet, c’est ce qui favorise d’ailleurs sans doute l’inflation du prix du loyer aux alentours de l’université où il faut 50 à 75 mille pour une chambre en violation flagrante de la loi n°2014-03 du 22 janvier 2014 sous l’œil complice des autorités responsables.
Sur le plan pédagogique, les échecs s’accumulent. De l’aveu du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et l’innovation, Cheikh Omar HAN : « Le système ne marche pas ».
Il l’avait fait savoir lors de conclave de trois jours à SALY le 15 mars 2021 sur l’enseignement supérieur. Le diagnostic est amer :
· 295 masters sont enregistrés dans le système d’enseignement supérieur public et un nombre de masters professionnels est très limité et inadapté au milieu du travail;
· L’efficacité du système est plombée par les difficultés d’insertion des diplômés.
· L’incertitude d’une insertion professionnelle après le diplôme de Licence (avec une prédominance des licences classiques au détriment des licences professionnelles) pousse la majorité des étudiants à postuler au master ;
· 26.000 étudiants en master ;

· Les étudiants qui viennent faire un master passent 5 ans dans le système. Aucun étudiant ne réussit son master 2 en une année ;
· Tous les étudiants qui viennent en master 2 redoublent en master avant de réussir. Ce dispositif n’est pas performant, il n’est pas ce que nous attendons de nos systèmes d’enseignement supérieur. Il faudra normaliser …» ;
· Les capacités d’encadrement notamment le rapport avec le nombre et le profil des enseignants restent relativement très faibles » ;
· Des universités en location et des abris provisoires partout ;
· Etc.
Ces échecs sur l’enseignement font scandale à côté des investissements sur des projets jugés exorbitants et par parfois non prioritaires :
· Arène nationale : 32 milliards ;
· Dakar Aréna 66 milliards ;
· Stade du Sénégal : 155 milliards ;
· TER : plus de 1800 milliards
· Etc.
Alors dites-nous quels progrès parlez-vous si notre université de référence il y a quelques années, est aujourd’hui 59ième dans le classement de 200 universités africaines selon l’étude 2020 UniRANK.
A BEAU MENTIR QUI VIENT DE LOIN !!!!!
ET NOUS PRETS POUR DEBAT PUBLIC AU SEIN DU CAMPUS SOCIAL DES ETUDIANTS POUR DEMONTER PIECE PAR PIECE VOS FAUX ARGUMENTS.

PASTEF-UCAD.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *