Le Macky : l’empire du mensonge à l’épreuve de l’amateurisme (Birane DIOP)

J’emprunte à Mme Aminata Sow Fall ce titre un peu provocateur qui dépeint la société sénégalaise avec ses contractions hypocrites. Cet ouvrage résume avec pertinence la « Mackycratie » que son chef de file a érigé sur un tissu de mensonges, de déceptions, de rendez-vous manqués, de pilotage à vue à la limite d’une incapacité évidente.

Depuis l’avènement de ce régime nous sommes plongées dans une spirale de scandales les uns plus rocambolesques que les autres. Pour ceux qui en doutaient encore, la gestion alambiquée notée depuis le début de la crise laisse aucune place au doute.

Dès l’Aube de l’apparition du virus dans les confins de la Chine puis en Europe, la « Mackycratie » a fait montre d’une couardise abjecte qui a été rédhibitoire à la propagation du virus.

Emmitouflé dans leur fourrure de contrevérités, les saltimbanques de l’empire du mensonge ont fait croire à l’opinion que le pays était étanche à toute infiltration du virus par un dispositif rodé d’alerte et de détection alors qu’il n’en était que dalle. Pour ne rien arranger, ils ont fait de notre aéroport l’exutoire de drainage du virus vers la confluence de l’intérieur du pays. Pour se donner bonne conscience et en bon pantin de la « macronie », le chef de la « Mackycratie » s’est résigné à fermer l’aéroport au moment où le mal était déjà fait. Mais surtout par un mimétisme troublant, il s’est empressé de fermer les écoles et universités en s’attribuant des pouvoirs illimités tels que l’avait théorisé Mitterrand dans « Le coup d’Etat permanent« . Son État d’urgence a ainsi fini d’achever le coup d’état parlementaire avec la complicité de ses « affidés députés ».



L’Etat d’urgence couplé à un couvre-feu a décrété le passage à tabac et à torture des jeunes « gorgorlu » sénégalais et l’extinction de leur plus élémentaire droit : celui de la citoyenneté dans un État de droit mais a aussi sonné le glas de la transparence pour laisser place à une gourmandise avilissante. 

Malgré tout ce charivari étatique, le peuple sénégalais à fait montre de courage, de solidarité, d’ingéniosité et de résilience. Mêmes les plus éprouvés ont cassé leur tirelire pour contribuer à la Force-Covid qui a été mise en place pour semble-t-il secourir les impactés. À l’épreuve de la pratique ces goujats de la dynastie, le gendre en tête de peloton se sont servis de nos deniers publics pour servir des chapelles à l’accointance douteuse selon le « modus operandi » du partage de l’hyène. Malgré toute l’armada de ruse et le tintamarre d’un défilé alimentaire en fanfaronnades, l’aide alimentaire des apprentis samaritains n’est jamais arrivé à destination au moment où l’argent a fondu sous l’étouffement des faussaires. 

N’ayant pas fini de boire le sang des sénégalais exsangues, la « Mackycratie » a poussé le ridicule et la cruauté jusqu’au plafond en sortant de sa boite magique le décret 2020-964 instituant honorariat qui attribue honteusement des avantages indus à un dame qui n’est pas plus honorable que le médecin qui soigne des vies, l’enseignant qui soigne des âmes ou l’agent des forces de l’ordre qui protège des vies. Ce décret est d’autant plus scandaleux que le GIE de la « Mackycratie » s’embourbe dans le mensonge par des démentis à l’emporte-pièce et en envoyant à l’échafaud cet énergumène de Yakham qui semble être dans les petits secrets et les combines du chef de file.

C’est dans ce même contexte que lui et son gouvernement se sont emmêlent les pinceaux dans un amateurisme coupable.

De la volonté de reprendre les cours de façon improvisée au transport de nos collègues enseignants dans une foire d’empoignade, le gouvernement a lui lui-même organisé la dissémination du virus à intérieur du pays pour masquer ses manquements. Pensant pourvoir tenir pour responsable les enseignants et les offrir en agneau de sacrifice, le piège s’est refermé sur eux et se sont mordu la queue. Cette mise en scène était à la limite peu drôle pour bon nombre de sénégalais déjà habitué à leur tragi-comédie.

Cependant comme dans le « karma » on assiste à un retour de bâton qui ne surprend personne et que rien n’arrêtera. Les évènements de Cap-Skiring n’étant que le signe précurseur de l’effondrement de l’empire du mensonge. Il faut s’attendre à d’autres séries de bravades qui vont porter l’estocade de cette dynastie et cet État d’urgence que plus rien ne justifie.

Retenez avec moi qu’en une semaine, le ministre en charge de la solidarité s’est dit être en difficulté, le ministre de la santé s’est dit dépassé, le ministre de l’eau est incapable d’approvisionner correctement les ménages, le ministre de l’éducation incapable d’organiser une reprise des cours. Alors que reste-t-il encore de la souveraineté de l’Etat si ce n’est vos strapontins ?

Pendant qu’on y est encore nous exigeons la réédition des comptes de la Force Covid et la gestion calamiteuse de la crise à l’image du Président de la Lombardie Attilio Fontana entendu par le Procureur de Bergame pour prouver s’ils ont bien agi pour protéger leurs populations.

Si vous êtes dépassés chef de file, ayez l’humilité de rendre le tablier.

Les sénégalais sont fatigués.

Le roi est mort vive la Liberté !

Birane DIOP

 


Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *