LA PUISSANCE DU FRIC N’A PLUS DE POIDS DANS LES URNES !

Malgré la mise en service en grandes pompes du TER Dakar, Ziguinchor, une partie de RUFISQUE et la capitale du rail Thies ont refusé de monter dans le train de BENNO BOK YAKAR.

Ces élections locales ont été un bras de fer entre un pouvoir arrogant et une population excédée. Nul ne pourra duper un citoyen conscient de la gestion désastreuse d’un pays.

Une bonne partie des électeurs n’en déplaise « à la team 80% » ont voté pour mettre fin :
– à la gabégie,
– aux opérations frauduleuses dans la gestion des deniers publics
– à l’absence de transparence dans l’octroi des marchés publics.

La liste est longue…le président de la République doit prendre la mesure des échecs de son magistère :

Les inégalités persistent et l’appauvrissement de la population est une réalité palpable.
La redistribution des ressources n’est pas assurée, étant donné que la pression fiscale ne se fait pas correctement.

Il est nécessaire d’investir pour améliorer les conditions de vie des plus pauvres en leur donnant accès à de meilleurs systèmes de santé et à une réforme l’éducation obsolète, il est urgent de corriger les irrégularités fiscales.

Si ceux qui légifèrent ne donnent pas l’exemple, il serait mal venu de faire une chasse aux sorcières à ceux qui peinent à joindre les deux bouts.

Martin Luther King avait repèré les neutres et complices du pouvoir finissant, en affirmant :«Ce qui m’effraie ce n’est pas l’indifférence des méchants, mais le silence consternant des braves gens».

Le citoyen éclairé a mis fin à cette prise d’otage faite de fausses promesses qui durent le temps d’une campagne, sous le signe de la manipulation et du folklore.

Une poignée de politiciens cooptés continue à arranguer les masses, des prêcheurs profitant de la misère des citoyens désœuvrés . Certains ayant lamentablement échoué tentent lamentablement de récupérer leurs étrennes de campagne, du jamais vu dans l’histoire politique du Sénégal 🇸🇳.

Cette minorité nantie n’a aucun intérêt à abolir ses privilèges mais la souveraineté revient au peuple. Cap sur les législatives, la diaspora entrera dans la dans pour faire plier ces dinosaures politiques.

Maïmouna Mint Saïdou Dia

#AffaireBiYAWLa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.