Je choisis le Changement pour Kédougou, je choisis Sonko

Native de Kédougou qui veut dire littéralement « La terre de l’homme », pour moi la politique était l’affaire des autres, je ne m’y suis jamais intéressée. Mais quand je vois l’évolution du monde qui m’entoure et plus particulièrement celle du Sénégal oriental, une question m’est venue en tête : Comment m’engager patriotiquement, sans faire de la politique, pour participer à l’édifice d’un réel changement au Sénégal ?

Quand on vit à Kédougou, on a l’impression d’être coupé du Sénégal car on n’est plus proche de la Guinée, du Mali ou encore de la Gambie que de la capitale sénégalaise Dakar. On aurait pu croire que c’est un eldorado car la région de Kédougou regorge de ressources naturelles sans compter la richesse culturelle du fait de sa diversité ethnique, mais rien de tel. Kédougou et Tambacounda sont des villes laissées à l’abandon par les politiques qui ne viennent nous rendre visite qu’aux échéances électorales pour nous faire des promesses qui n’ont jamais été tenues. Kédougou est devenue une région où l’insécurité est devenue monnaie courante. C’est la ville des découvertes macabres, de la prostitution, des faits divers de plus en plus meurtriers : nous sommes laissés à la merci de bandes de malfaiteurs venus majoritairement des pays voisins avec l’exploitation des mines d’or aux sites de Sabodola, de Mako ou encore de Massawa pour ne citer que ceux-là. La logique voudrait qu’une région avec autant de richesses soit bien sécurisée mais tel n’est pas le cas. C’est une ville difficile d’accès depuis la capitale Sénégalaise à cause de l’état délabrés des routes. Elle est le théâtre de grèves scolaires à répétition. Non éclairée car presqu’aucun lampadaire n’est allumé le soir dans les quartiers, Kédougou est une ville de plus en plus exposée à des problèmes d’accès à l’eau à cause des forages pour l’exploitation de l’or. Elle souffre de tous les maux de la société sénégalaise et s’est trop souvent fait avoir. On y étouffe. Les pouvoirs qui se sont succédé au Sénégal n’en connaissent pas la réalité mais n’ont pas hésité à signer des contrats d’exploitation de l’or quelque peu douteux souvent à l’origine d’expropriations de terrains.

Incontestablement le seul moyen de sortir de cette situation c’est de changer le paysage politique car ils ont tous échoué, de Senghor à Macky Sall, avec ce dernier qui ne sait même pas comment on appelle les habitants de cette ville qui m’est si chère.

Le choix d’un candidat ne s’est surtout pas fait dans la précipitation car il en va de la survie de toute une population qui se trouve désabusée. Je ne suis pas allée soutenir le premier venu. Il fallait quelqu’un avec des valeurs patriotiques et qui a le Sénégal comme seule et unique priorité. Mon choix s’est porté naturellement vers Ousmane Sonko, l’homme qui incarne le mieux ma façon de voir les choses. Il est le seul qui propose un programme qui est à même de sortir le Sénégal, et plus particulièrement Kédougou, de cet obscurantisme. Il est le seul et l’unique qui pourra donner au Sénégal ses lettres de noblesse. La jeunesse de Kédougou n’est pas en reste car bon nombre de jeunes Kédovins sont militants Pastef et partagent mon point de vue. Ils ont choisi comme moi Ousmane Sonko pour l’élection présidentielle de ce 24 février. Il est à noter que dans la vaste région de Kédougou il y a des cellules Pastef partout et même dans les villages les plus reculés et inaccessibles car le constat alarmant est le même et le choix du Changement s’est fait de façon naturelle. J’ai choisi le Changement, car Ousmane Sonko incarne ce Changement tant attendu des Sénégalais quel que soit l’endroit de la terre où ils se trouvent. Il a des idées et des propositions qui séduisent et fédèrent et aujourd’hui nul n’ignore que son seul souhait est de rendre le Sénégal meilleur.

Tout ce que je lui souhaite aujourd’hui et que beaucoup de compatriotes lui souhaitent, c’est qu’il soit élu Président pour diriger dignement le Sénégal et nous rendre notre souveraineté. On a besoin de Changement pour éradiquer les maux dont nous souffrons depuis notre pseudo indépendance. Patriotiquement vôtre.

Je suis prête et j’ai choisis Ousmane Sonko. Fais de même pour le bien de la patrie !

Viviane Bangar-Diouf

Partager
  • 715
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    715
    Shares