Faut-il dire Amen à tout dans notre cher pays ?

Pendant plusieurs jours une certaine presse s’est interrogée sur le silence assourdissant de Ousmane SONKO, particulièrement en cette période crise liée au Coronavirus.

Il a cependant fallu qu’il s’exprime hier sur cette crise pour qu’on assiste à un véritable SONKO bashing.

Pour certains commentateurs et autres voix prétendument autorisées, il aurait fallu se contenter d’applaudir les mesures prises par l’exécutif et faire preuve de solidarité.

D’autres iront jusqu’à soutenir, sans rire, qu’il n’était pas utile de faire une vidéo ; un simple communiqué aurait suffi.

SONKO a montré, une fois de plus, qu’il est un fervent militant de la solidarité nationale, du patriotisme, mais qu’il refuse toute sorte de complaisance et d’émotion en cette période où les sénégalais doivent faire preuve de rigueur, et d’exigence envers eux-mêmes puis envers les autres.

Rappelons que Ousmane SONKO a commencé par saluer le professionnalisme de notre corps médical et les mesures fortes prises par l’exécutif.

Devait-il se limiter à cela ? La réponse est résolument NON.

Il lui appartenait en effet en sa qualité de député mais aussi de leader d’opinion de pointer les insuffisances et paradoxes desdites mesures.

Comment peut-on interdire les bateaux de croisière et autoriser en même temps les vols en provenance ou à destination des foyers du Coronavirus (Italie, France…) ?

Comment peut-on comprendre que dans un Etat qui se respecte, de surcroît laïc, que les autorités soient limitées dans leurs prises de décisions par des considérations autres que l’urgente nécessité de sauvegarder la santé publique et l’intérêt général ?

Attention, cela ne signifie pour autant pas renoncer à tout dialogue comme l’a si bien rappelé Ousmane SONKO. Mais, lorsqu’on est tenu par les délais il faut agir vite et bien en prenant le légitime risque de créer des frustrations.

Il était du devoir de Ousmane SONKO de s’indigner sur le manque de visions de l’exécutif de manière générale.

Comment pouvons-nous sérieusement expliquer la construction d’une arène nationale, d’un complexe sportif, d’un futur stade olympique et d’un TER là où nos hôpitaux sont de véritables mouroirs ?

Oui, c’est une prise de risque qu’il a faite en ayant fait le choix d’un discours lucide et sincère là où d’autres prétendus opposants ont fait le choix d’un discours de salon avec guerté thiaf et leweul bien corsé.

En effet, quand on est leader, le plus important n’est pas d’abonder dans le même sens que la majorité et de gérer les frustrations, mais c’est de prendre des décisions qui s’imposent et tenir un discours de vérité. Et, rien que pour cette prise de risque, les sénégalais doivent renouveler leur confiance à Ousmane SONKO qui prouve une nouvelle fois qu’il n’est pas dans la démagogie mais dans une démarche constante et cohérente de construction de ce qu’est un Etat.

Le Coronavirus n’est pas de la rigolade et on ne combattra pas cette maladie par de la complaisance.

Ndèye Rokhaya THIAM

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *