Économie du discours de Président SONKO sur les nouvelles orientations du Parti PASTEF

(Le 04 janvier 2020 à Dakar)

L’hommage aux alliés de notre coalition

Longtemps liés à Pastef, la plupart de nos si valeureux alliés ont tenu à poursuivre leur compagnonnage avec nous malgré les nombreuses propositions alléchantes qu’ils recevaient régulièrement. Ils sont restés dignes et loyaux alors qu’ils pouvaient poursuivre leur propre chemin politique. Qu’ils en soient remerciés. Nous militants de PASTEF, nous leur devons respect et considération car ni la compétence, ni l’âge, ni le statut ne présageait que l’on dirige la coalition Jotna. Ils l’ont accepté par amour du pays et de ses intérêts suprêmes.

Sur la mobilisation impressionnante du jour

Satisfaction totale et fierté de voir des milliers de militants au terrain sacré-cœur (lieu de notre événement) sans avoir distribué des millions comme c’est le cas ailleurs dans d’autres Partis politiques.

Aujourd’hui, le ressenti qui nous habite est qu’on ne distingue pas ceux qui viennent de Saint-Louis des Dakarois et tambacoundois, ni les fatickois des casamançais et des habitants du Baol et du Djolof. Nous communions tous avec la seule préoccupation: développer le pays grâce au projet politique que nous portons. Nous chantons et dansons ensemble les uns aux cotés des autres pour célébrer le chemin parcouru, le militant et les résultats obtenus des six (06) ans de lutte et de construction d’un appareil politique redoutable qu’est PASTEF.

L’attitude des Patriotes dans les luttes sociales et citoyennes

Les patriotes doivent au-delà de leurs actions politiques, participer sans réserve, à toutes les luttes sociales et citoyennes. Si l’on appelle à s’organiser, manifester pour revendiquer, les militants de PASTEF doivent se mobiliser massivement et être en première ligne de cortège.

Pour le président SONKO, le militantisme ne peut se déconnecter de l’ engagement citoyen car les deux visent l’intérêt général et sont tout à fait compatibles

Sur l’impact de son engagement aux côtés des patriotes

Président SONKO est heureux que son engagement politique et celui des patriotes aient réussi à casser des barrières, des clivages sociaux.

En réalité, le militantisme des patriotes n’a comme soubassement et préoccupation que le bien-être et le mieux-être des sénégalais, bref, l’intérêt national. PASTEF est un parti qui n’a d’obédience que le patriotisme. Aucune autre obédience n’est remarquable à Pastef. Il réunit des sénégalais sans exclusion aucune. Cette obédience n’est ni ethnique, ni confrérique, ni religieux. Le seul amour de la patrie réunit les militants et sympathisants de PASTEF.

Sur l’influence et l’étendue du projet politique de PASTEF

Pastef est entrain de devenir un modèle africain suivi partout dans le continent. Il tend à s’internationaliser. En effet, les aspirations profondes que sont le patriotisme, la préférence nationale, l’autodétermination, la réappropriation de nos économies nationales, la distribution équitable des richesses nationales, la souveraineté, sont très bien partagées en Afrique. C’est pourquoi, les peuples africains sont entrain de former de nouveaux partis politiques qui font de ses aspirations, une préoccupation, un objectif de premier plan. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Président SONKO est parti au Niger pour assister à l’investiture de Ibrahim Yacouba, candidat à l’élection présidentielle du Niger et dont le parti partage les idées de PASTEF.

Cinq autres leaders politiques venus de six (05) pays africains étaient présents et ensemble, ils ont signé une convention pour tisser une toile : l’international progressiste à l’image de l’international libéral, et l’international socialiste. L’idée, c’est d’assurer un maillage idéologique du continent africain.

Sur la progression fulgurante de PASTEF

Les militants et les sympathisants peuvent recevoir des honneurs mérités, des remerciements appuyés pour le travail colossal qu’ils ont abattu.

  • Ils ont été là où nous n’avons pas pu être pour transmettre, véhiculer notre message, notre parole et traduire notre vision au plus inconnu des sénégalais.
  • Ils ont été ingénieux et intelligents dans leur démarche et leurs méthodes pour convaincre les plus sceptiques des sénégalais. C’est pourquoi nous avons récolté autant de voix (687000 voix) à la présidentielle de février 2019.
  • Des remerciements aussi à ce sympathisant inconnu qui dans la discrétion, porte notre parti et le Sénégal dans son cœur et parle de notre projet politique loin de la capitale.
  • Des remerciements appuyés à ces artistes engagés, ces entrepreneurs privés qui ont risqué leur carrière et sacrifié beaucoup en se déclarant favorable à notre formation politique. Ils encourent des représailles et des blocages sérieux dans l’exercice de leur travail en se dévoilant pro PASTEF. Ils se sont rendus vulnérables en soutenant notre ligne politique radicale vis-à-vis du régime.

Nous restons reconnaissants envers eux.

Nous nous sommes posés les bonnes questions sur l’état actuel de notre pays et son devenir, et nous avons vite trouvé notre voie. Nous avons donc choisi de nous battre plutôt que jouer au fatalisme et à l’impuissance. Nous sommes convaincus que nous sommes le changement, nous n’attendrons pas désespérément le changement !

Nous sommes partis du néant politique à la situation actuelle : l’un des Partis d’opposition les plus réputés du pays.

Nous nous sommes faits tout seul face à la puissante machine politicienne d’en face qui ne rate jamais l’occasion de se lâcher sur ses adversaires.

Nous avons parcouru un long chemin sinueux parsemé d’épines et d’embûches. C’est difficile mais restons mobilisés et concentrés sur le seul projet que nous avons en commun : transformer le Sénégal en changeant son système.

Ce qu’il nous reste à faire

  • aller parler aux sénégalais du projet que nous avons pour le pays ;
  • Se lancer dans toutes les luttes citoyennes que mènent les populations ;
  • Attirer le plus de personnes et faire d’eux des militants ;
  • Convaincre largement les sénégalais du bien fondé de notre projet politique pour qu’enfin nous puissions gagner les prochaines élections sans avoir besoin de battre campagne en 2024. Parce que les électeurs seront déjà convaincus par PASTEF.

Pour les instances de PASTEF, le mot d’ordre est le suivant :

  1. Massification des sections et cellules ;
  2. Placement et Vente de cartes de membres ;
  3. Le retour exhaustif des souches de blocs ;
  4. Structuration et officialisation des sections communales et coordinations départementales ;
  5. Organisation d’activités sociales et citoyennes ;
  6. L’organisation du congrès national avant la fin 2020.

Ansou SAMBOU, panafricain  convaincu et militant politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *