De la quarantaine politique au confinement physique…

[…D’aucuns me diront que l’heure n’est plus à la critique. Oui je vous l’accorde. Pour autant on ne doit pas fermer les yeux à tout non plus. Face à cette situation il faut être vigilant car certains actes ou comportements montrent encore une fois que certains ne prennent toujours pas au sérieux le moment. De cette main serrée face aux caméras aux invitations du palais de ceux qui ne croyaient pas à l’existence de ce virus en passant par cette présence de l’autorité à la prière du vendredi, nous sommes solidaires mais nous observons et prenons note.]

Une ambiance morose prévaut dehors. A cause du covid-19, voire combien le genre humain est faible. Bien sûr, chacun avec sa parcelle de puissance fait comme il peut. Les grandes puissances se démènent comme de beaux diables contre ce virus qui a ébranlé nos illusions. N’en déplaisent aux partisans d’un nationalisme béat et utopique, le covid-19 passe au delà des frontières physiques, se faufile dans un terrain conquis, la mondialisation aidant. Les systèmes de santé ont été éprouvés au point où les médecins sont durement touchés à leur moral et physique. Nous sommes réduits au confinement pour ralentir sa progression et soulager le personnel soignant. Ce dernier aussi faisant avec les moyens du bord, se retrouve dans une pénurie de masques et de gants dans certains pays comme la France qui se tourne vers l’Allemagne pour s’occuper de certains malades. C’est une crise sanitaire sans précédent qui touche de plein fouet les systèmes sanitaires des États les plus puissants avec les conséquences que nous savons, pertes en vies humaines, arrêt brutal ou partiel de l’économie [et là aussi les conséquences pointent déjà et les foyers vont être rudement touchés et la santé financière des entreprises…].

À quoi devrions nous s’attendre du côté de l’Afrique ?

Continent où nos gouvernants ont fait la preuve de se ruer vers les chantiers prioritaires à savoir des préoccupations secondaires que sont constructions d’infrastructures routières, l’entretien d’une clientèle politique à travers de structures ou autres agences inopportunes. Rarement dans l’équipement ou la construction des hôpitaux ; l’éducation laissée à la traîne, ce n’est pas le moyen le plus rapide pour faire du profit. Non c’est plutôt dans le trafic de drogue, de faux billet, la corruption, le chantage et la compromissions dans des échanges peu orthodoxes d’amabilités et de fausses courtoisies avec les multinationales étrangères et non au privé national. Le Privé national qui d’ailleurs paradoxalement subi de critiques infondées pour sa modeste participation au combat. N’est-ce pas dans le besoin qu’on reconnait ses amis ?

C’est dans la répartition nébuleuse de ressources naturelles, dans un entre soi qui garantit la pérennisation de ce lien dans un cercle de relations partisanes. Voilà, où rentrent vos impôts et voilà ceux à qui vous déléguez vos pouvoirs usent et abusent du bien commun. Ce sont les mêmes qui nous disent la patrie avant le peuple. Maintenant, ils sont sur un autre chemin, qui nous empêche de nous exprimer sur des sujets qui choisissent sur quoi on doit parler. L’hypothétique troisième mandat, pas touche, manifestations publiques n’essayez, transparence dans le traitement de rapports reçus, laisser une action en justice aller à son terme sans interférence… Opposition politique muselée tiens, la messe était dite. Il fallait la réduire à sa pure expression. La Quarantaine Politique nous l’avons vécu au Sénégal. Maintenant avec le covid-19 ce qui nous reste c’est le confinement physique entre régions ou général. Nous ne pouvons ne pas faire le lien entre la propagation et la fermeture tardive des voix aériennes avec les pays touchés en l’occurrence l’Italie, la Chine, la France, …Oui c’est une question de souveraineté…Maintenant il faut encourager le personnel soignant dans les hôpitaux pour leur sacrifice avec peu de moyens et leur dévouement dans l’exercice de leur mission, prévenir par la sensibilisation, prendre soins des malades, les redonner confiance à la vie car elle n’a pas de prix.

Ps: le salut viendra de nos comportements individuels et collectifs  à respecter les gestes barrières, se laver les mains et limiter nos sorties.

Paix sur vous!

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *