Covid19 au Sénégal : l’état d’urgence sanitaire, c’est maintenant !

La crise du coronavirus a paralysé la Chine et les États-Unis respectivement deuxième et première puissance économique mondiale. Entre temps, tous les pays de l’Union européenne sont à l’arrêt. Pourtant, au palmarès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ces pays arrivent en tête et occupent les premières places. C’est dire que la situation est très grave. Aucun système de santé n’est en mesure de prendre en charge tous les cas pathologiques graves causés par le Covid19. 

La situation est telle qu’en Italie, les médecins ont été emmenés dans certains cas à choisir qui sauver et qui laisser mourir. 

En France, le corps médical réclame de l’aide en demandant une seule chose aux populations : rester chez elles. 

Le Sénégal ne pourra certainement pas contenir une certaine de cas. Comme il a été dit et salué ici dans notre précédente contribution, le gouvernement du Sénégal a pris des mesures pour ralentir la propagation de l’épidémie. 

Aucun reproche ne peut être fait au Gouvernement sur la communication, la sensibilisation, la concertation et la responsabilité. La presse et l’élite intellectuelle et religieuse jouent également leur partition. L’une ouvre des tribunes, l’autre les occupe pour expliquer et parler. 

Mais, le Sénégal est un pays particulier avec un peuple à part. Certains Sénégalais font preuve d’une insouciance extraordinaire. On parle bien d’insouciance et non d’inconscience car ils sont conscients de la gravité. C’est juste qu’ils s’en moquent. Ils préfèrent écouter des maraboutons qui leur indiquent des remèdes avec des cheveux disponible dans le Coran, ce livre saint. D’autres décident de braver l’autorité politique et religieuse pour faire un concours d’irresponsabilité. Qu’ils gagnent ! Mais, il ne faut pas les laisser faire leur bêtises en voulant coûte que coûte organiser la prière du vendredi, pendant que la Kaaba, premier lieu saint de l’islam est fermé pour cause de coronavirus. 

La situation est grave. Il y a urgence à agir sans concession à qui que ce soit et quoi qu’il en coûte. 

Certes la fermeture des frontières va empêcher l’importation de nouveaux cas, mais il y a des cas au Sénégal: des cas confirmés et des cas non confirmés. Il y a également les porteurs sains qui ne seront jamais détectés mais qui sont néanmoins vecteurs du virus. Ils sont contagieux. 

Il ne faut pas de demi mesure dans cette crise. Les pays de l’Europe occidentale sont aujourd’hui dépassés parce qu’ils ont sous-estimé la menace et ignoré les alertes du corps médical dès le début. 

Pour éviter que le Sénégal ne se trouve dans une situation incontrôlable aux conséquences désastreuses, il est temps de décréter l’état d’urgence sanitaire et confiner tout le monde. 

Le confinement, dans le cadre d’une épidémie a pour objet de maintenir toute la population au domicile afin d’empêcher l’agent pathogène de se déplacer. Et l’état d’urgence sanitaire, décrété avec mesure et sans abus, permettra à l’Etat du Sénégal de réquisitionner tous les masques chirurgicaux, les gels hydroalcooliques et tous les autres moyens disponibles dans le pays pour répondre aux besoins. 

Le confinement a permis à la Chine avec ses 1,5 milliards d’habitants de maîtriser la propagation du virus. *Aujourd’hui, la Chine a annoncé jeudi zéro nouvelle contamination d’origine locale, tout en redoutant des cas importés.*

Codogno était l’épicentre de la diffusion de la maladie en Italie. Deux semaines de quarantaine stricte ont permis d’arrêter l’augmentation des personnes contaminées. 

Le confinement a des conséquences sur les libertés individuelles et publiques. La liberté de circulation est restreinte. Mais c’est le but même du confinement. L’idée n’est pas de violer des libertés. Ce n’est pas le virus qui circule, ce sont les hommes et les femmes qui le font circuler.

En plus des forces de sécurité publique, police et gendarmerie, l’armée nationale serait aussi mobilisée pour faire respecter le couvre-feu permanent lié à l’état d’urgence. Tout contrevenant serait automatiquement puni.

Il n’y a rien d’extrême dans cette proposition. La Chine et la France ont déclaré la guerre à un ennemi invisible. L’ennemi est le même pour tout le monde et il reste invisible à tous. Le combat contre cet ennemi requiert de la discipline.

Le confinement aura des conséquences sur la sécurité alimentaire. L’Etat du Sénégal a les moyens de nourrir toute la population pendant trente jours. Monsieur Moustapha Cissé Lo nous a rejoint dans notre proposition de constitution d’un fonds de solidarité nationale. Il a enrichi en demandant une ponction sur les salaires des élus, des ministres et des hauts fonctionnaires pour alimenter le fonds. 

Pour éviter tout risque de détournement des denrées alimentaires, leur distribution peut être confié aux badianou gokh. Ces agents communautaires connaissent parfaitement la composition de chaque famille de leur localité. 

Le confinement aura des conséquences économiques. Pour ces conséquences là on verra plus tard. De toute façon, le monde va vers une crise économique au sortir de la crise sanitaire. 

Il ne faut plus tarder, plus attendre. On n’a plus le temps. L’état d’urgence sanitaire est la seule solution pour protéger les Sénégalais et les africains. 

Daouda COUNDOUL

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *