Bougazeli, le mâle solitaire expulsé de la meute (Par Ansou SAMBOU)

À la tanière, un seul lion mâle trône en tête et assure la chefferie avec tous les honneurs qu’on lui donne allègrement ou qu’il s’offre de force.

Pendant que Bougazeli faisait ses numéros de fanfaronnade et ne ratait jamais l’occasion de réclamer sa virilité et ses forces, il paraissait comme un mâle chef de tanière.

Aujourd’hui et depuis quelques jours, ses amis de la meute Benno ont décidé de faire dans l’indifférence et le mutisme face à sa situation. Les seuls qui en parlent formulent des prières pour lui et invoquent la présomption d’innocence mais jamais des soutiens et défenses énergiques à la grande gueule et aux formules juridico-judiciaires.

Après 5 jours d’une cavale qui relevait clairement d’une protection flagrante offerte d’en haut, il finit par répondre à la gendarmerie. À sa sortie, il annonça qu’il pensait démissionner de l’hémicycle et au même moment, Moustapha Niasse nous lisait sa lettre de démission à l’Assemblée nationale. Ce qui montre à suffisance que Bouga a été contraint à la démission.

Sinon, Bouga l’homme allergique aux démissions, ne le fera jamais tout en espérant user de son immunité parlementaire et sa proximité avec le palais.

La coalition Benno s’est désolidarisée de lui en l’isolant totalement. Ses dernières paroles ont laissé entrevoir une bête blessée, isolée, un mâle solitaire chassé de la meute. Même son avocat Diouf est apparu glaciale et moins bavard, moins arrogant que d’habitude.

Le désormais ex lion de Benno à Guédiawaye est devenu un bouc en détresse déçu mais apeuré d’affronter seul son destin pénal.

Son expression « woy_yakouna !” qu’il a tonnée lors de son interpellation en disait long sur la terreur que vivait l’homme Bougazeli.

Maintenant, ce n’est pas en le démissionnant que vous allez faire oublier les sénégalais.

  • Nous vous attendons sur la condamnation et sa teneur ;
  • Nous vous attendons sur la fameuse grâce distribuée comme un bonbon ;
  • Tout en vous rappelant que c’est un deputé qui a été appréhendé et non un citoyen simple. Il doit donc deux fois plus sévère que les citoyens lambda car il a été payé avec nos impots durant 8ans de chargé de mission à l’Assemblée, puis durant 7ans comme deputé à l’Assemblée nationale.
  • La sanction, s’il y’en aura, doit être exemplaire par sa teneur et sa lourdeur.
  • Elle doit être implacable et à la mesure des infractions commises.
  • Vous avez l’obligation de dire le droit cette fois-ci.
  • Nous vous avons à l’oeil !
  • Nous ne lâcherons pas d’un poil.

Citoyens sénégalais, ne lâchons pas l’affaire, la prochaine étape sera décisive car le parquet sera la dernière étape avant un éventuel procès.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *