Pétrole & Gaz, qu’ont-ils à se reprocher ? (Par Abass Fall)

Quarante huit heures (48h) seulement après la publication de ce fameux documentaire mettant à nu un scandale financier que je qualifie de carnage financier perpétré par le clan SALL de connivence avec des affairistes mafieux tels que Frank TIMIS, c’est toute la République qui tremble.

Après la sortie désastreuse de Aliou SALL qui du reste n’a fait que s’enfoncer davantage et celles de certains mercenaires de la plume, son frère de président s’est mêlé à la danse avec un manque de sérénité notoire qu’il n’a pu cacher en utilisant encore une fois des termes (Rambathie, Nafékk) qui montrent à quel point Macky SALL ne respecte pas les sénégalais. Nous avons vu aujourd’hui un président qui gère de façon émotionnelle un pouvoir qui du reste ne lui a pas été confié parce qu’ayant été confisqué à travers un simulacre d’élection. Il n’arrive toujours pas à faire une différence entre la famille et la République. Il nous faut tout simplement regarder la présence massive de la galaxie Faye-Sall dans les instances de décision et de gestion pour en avoir une idée.

L’histoire pourtant nous a appris que l’implication des familles dans la gestion des affaires publiques finit toujours mal et Macky Sall apparemment ne tire aucune leçon de cette histoire. Qu’il ne pense surtout pas que les sénégalais sont des peureux pour accepter de façon continue ses dérives. « Tant va la cruche a l’eau qu’elle se casse à la fin », cette maxime doit être sue.
Il commence à faire jour et notre « président » semble atteindre le point de non retour.

Ce dialogue auquel il tient comme a la prunelle de ses yeux explique tout. Il est bien informé et il a des éléments d’appréciation que nous n’avons pas certes mais nous sommes doués d’intelligence pour savoir qu’il craint quelque chose. Nous avons très tôt compris cela à PASTEF et nous avons choisi de ne pas être son complice dans cette tentative de blanchiment des actes sombres qu’il a posés.
Nous ferons face à toutes les tentatives de spoliations et de destruction de nos ressource qui appartiennent au peuple.
Aujourd’hui encore, on cherche à travers une déclaration lue par une voix tremblotante de cacher la vérité aux sénégalais en tentant de nous faire croire que Macky SALL n’a fait que rester dans la continuité en signant les décrets d’approbation pour valider ces fameux contrats. Elle oublie dans sa déclaration le rapport de l’ IGE qui avait pourtant demandé à Macky sall de ne pas signer les décrets parce que n’ayant pas respecté les critères techniques et financiers tels que prévu par le code pétrolier.

Ndéye Tike dans une récitation fade d’une certaine chronologie tronquée, oublie que BBC s’est beaucoup plus appesanti sur les soupçons de corruption impliquant le frère du président et des manquements graves notées dans la procédure d’acquisition de ces blocs pétroliers à travers des contrats. On cherche à nous faire croire qu’aucune goutte de pétrole n’a encore été exploitée donc notre pays n’a rien perdu dans ces transactions nébuleuses.

Ce qui choque dans la déclaration du gouvernement, c’est qu’il ne fait aucunement cas des accusations de corruption portées à l’endroit du frère du président alors que cet exercice cherche en même temps à le blanchir sans le dire. Qu’arrive-t-il à ce gouvernement qui conteste même qu’il ya eu une manifestation contre l’accaparement de nos ressource pétrolières par cette dynastie alors que les archives sont là ?

Macky Sall et son gouvernement sont aux abois et ils cherchent à tout prix à sortir de cette mélasse pétrolière dans laquelle ils sont pris jusqu’au cou.

J’en appelle à la prise de conscience de cette situation désastreuse. Ce combat n’est ni celui d’un parti, ni d’un groupe, il nous appartient, nous citoyens de tous bord, d’exiger que la lumière soit faite et que les responsabilités soient situées. Aucun autre exercice ne saurait nous divertir.

JOTNA LI NIEUP BOKK, NIEUP JOTSI !

Abass FALL
Coordonnateur PASTEF DAKAR

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *