Les oeuvres sociales de la Senelec : l’obscurité de la bienfaisance

La gestion de l’ex DG Makhtar Cissé et nouveau ministre de l’Energie n’a pas encore révélé tous ses secrets.
Le coût des œuvres sociales de la Senelec (subventions, secours) est tout simplement hallucinant par son coût (près de 5 milliards/an) et par son opacité.
On comprend que le nouveau DG refuse tout audit de la gestion de son prédécesseur.

À titre d’exemples : Ne vous focalisez pas sur les subventions au personnel qui peuvent se justifier (santé, secours, colonies..), mais sur:

#Subventions aux tiers extérieurs à la Senelec : 73 millions FCFA en 2018 (qui sont ces tiers?)
#Subvention aux Confréries 128 millions FCFA en 2018 pré-campagne présidentielle, contre 53 millions en 2017.
#Subvention cérémonies religieuses du personnel en 2018: presque 500 millions

Mais le plus mystérieux, c’est le poste budgétaire : « Autres charges sociales non répertoriées dans les comptes spécifiques » qui passent de 56 millions en 2017 à 459 millions en 2018, soit une augmentation de plus de 400 millions. Que Makhtar Cissé nous explique cette augmentation vertigineuse de ce poste budgétaire nébuleux.

Qui sont ces tiers qui ont bénéficié de la mansuétude du DG notamment année de pré-campagne présidentielle? Fondations caritatives, partis politiques, Mouvements de soutien, groupement de femmes….
La Senelec appartient aux Sénégalais, on a besoin d’être éclairés et pas seulement en électricité.

La Senelec doit être auditée, sinon les citoyens trouveront cette hausse du prix de l’électricité comme illégitime.

Amadou BA

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *