Jeudi Noir N°70 : Terrorisme au Sahel, ne jouons pas avec le feu

Chers amis, on m’avait dit que les Usa tous seuls disposaient de plus d’une centaine de satellites scrutant en permanence notre petite planète bleue. On nous a dit aussi que la précision de ces « yeux » de quelques centimètres seulement et que l’ensemble du globe est couvert ! La France, avec quelques dizaines de satellites couvre les zones « qui l’intéressent » avec autant de précision.

Alors je me pose la question : comment se fait-il que les djihadistes et autres terroristes du sahel ne puissent à ce jour être neutralisés ? Tenez, testez google earth et vous verrez déjà la précision que vous avez… voir un voisin circulant devant sa maison est d’une telle banalité !

Alors G5 SAHEL c’est quoi le problème avec vos 5 contingents de 750 hommes et la technologie à votre service (satellites, missiles, drones, etc.) ? On ne peut que saluer l’initiative de la CEDEAO de mettre en place un dispositif anti-bokko haram et anti Iswap (5000 hommes à battre !) pendant qu’il est encore temps. Parce que ces gens progressent en ce moment au rythme des victoires sur les armées burkinabè, malienne et même nigériane. Oui il y a lieu de s’énerver un peu maintenant car au fil des batailles ces rebelles s’équipent en armement lourd ramassé auprès des vaincus, de mitrailleuses et autres drones. Désormais de nombreux espaces leur sont livrés à la faveur des reculs et positions défensives des armées nationales.

L’histoire dira certainement quel fut le hic dans le G5 SAHEL, malheureusement ce sera trop tard. En tout cas le temps ne plaide pas en notre faveur au vu du désarroi des membres du G5 SAHEL. Et ce ne sont pas les « gueulantes » de Idriss Deby Itno et Roch Marc Kabore lors du sommet de la CEDEAO du 13 septembre dernier qui rendront ce groupe plus « tonique ».

L’implication des Usa notamment en matière logistique pourrait, à mon sens, changer la donne. On peut espérer qu’en occupant (temporairement) l’ex BA160, l’armée américaine pourra se déployer efficacement pour neutraliser la conspiration jihadiste autour de nos états. Mais est ce cela le plan d’ailleurs ?

J’invite ces sommités occidentales à ne pas jouer avec le feu, « laisser » prospérer de tels groupes ne peut en aucun cas s’avérer bénéfique quand on sait la capacité de ceux ci à pratiquer les guerrillas urbaines et larvées. Il ne faut pas oublier qu’une jonction de ces derniers avec les trafiquants de tous poils notamment les parrains de la drogue pourrait s’avérer très difficile à combattre (les uns finançant les autres qui les protégeraient).

Au Sénégal nous serions bien inspirés de participer à l’effort collectif de la CEDEAO constitué aujourd’hui du Ghana, Nigeria, Bénin et Togo. Il faut assurer une grande ceinture et se donner les moyens de dénicher ces guérrilleros : 1 milliard de dollar sont déjà réunis à notre corps défendant (car on en avait bien besoin pour nos populations), appuyons cet effort et finissons en une fois pour toutes ! Il faudra cependant que l’on sache enfin pourquoi nos soldats sont en danger dans nos hélicoptères sans même avoir été ciblés ! La victime aurait échappé à un autre crash d’hélicoptère quelques années plus tôt, simplement en évitant de monter sur celui-ci ! Paix à ce soldat tombé les armes à la main ! le rôle de nos politiques est néanmoins de leur donner des conditions de sécurité minimale dans le cadre de leur service.

En attendant, je ne verserai pas dans les élucubrations visant à déceler les raisons de la grâce octroyée à Khalifa, cela ne me semble pas pertinent. La réconciliation apparente Macky-Wade me paraît aussi une gesticulation pour amuser la galerie. Ce qui me semble dangereux, c’est la possible réforme constitutionnelle soulevée au prétexte de renforcer le statut des notaires. Et pourtant l’os à ronger du dialogue national n’est pas encore terminé…

Voilà encore qu’un énième charcutage de notre Constitution nous pend au nez. Quel désastre ! Mais au point où on en est, peut-on voir pire ? Mon conseil au président Macky SALL : sortir du calcul politicien, opter pour la recherche de l’efficacité économique sans attendre le pétrole !

Laisser les dauphins putatifs s’échiner et ne pas tenter le forcing du 3eme mandat. Voici ce qui relève de la sagesse et nous éviterait des aventures périlleuses. Parole de petit Africain.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *