Franc CFA : Jules Pascal Coly, prêtre sénégalais, démolit le plaidoyer Alassane Ouattara

En attendant que l’Eco, la future monnaie ne fasse son apparition dans les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Jules Pascal Coly, Prêtre Sénégalais, souligne que depuis sa création, le FCFA n’a guère favorisé la croissance ni les échanges entre les pays de la zone.

C’est lors d’une intervention sur les médias, que le Président Alassane Ouattara a affirmé que le Franc CFA est une monnaie africaine depuis 1960, que c’est une propriété des Africains et que le débat sur le FCFA est un faux débat. Dans une lettre adressée au Président ivoirien, Jules Pascal Coly  égrène les fondements d’une monnaie et l’histoire du FCFA.

D’abord, la propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue. Dans ce cas, il affirme que le FCFA n’appartient pas aux africains. La France disposant d’un brevet déposé sur le FCFA en est donc le propriétaire et principale bailleur. La France dans ces conditions loue tout simplement le FCFA aux pays africains.

Ensuite, Jules Pascal Coly regrette qu’il n’existe dans aucune constitution, ni dans aucun journal officiel, un seul article ni un seul décret qui reconnaisse le Franc CFA comme étant la monnaie du peuple africain. Citant Thomas Jefferson, le 3ème président des États-Unis, il écrit : « Une banque centrale privée qui émet la monnaie publique du peuple est une menace plus grave pour sa liberté qu’une armée dressée »

Pour finir, Jules Pascal Coly précise que les textes économiques sur lesquels le Président Alassane Ouattara se base pour défendre le Franc CFA ont été tous élaborés par la France. Jusqu’aujourd’hui la BCEAO, la BEAC, la BCC sont les seules Banques Centrales au Monde qui n’ont pas le droit de garder leur or en leur sein faisant ainsi de la France la 5 ème réserve d’or au Monde derrière l’Italie.

Il l’invite par la suite à une bonne lecture.

Pour lire l’intégralité de la Lettre : Cliquer ici

JotnaNews

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *