Commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards de Mamour Diallo : « Tel est pris qui croyait prendre ».

La commission parlementaire mise en place le 15 février 2019 (quelques jours précédents l’élection présidentielle), relative à l’accusation de détournement de 94 milliards par l’ancien directeur des domaines, Mamour Diallo, a finalement décidé de rendre public ses conclusions qui étaient pressenties comme une entreprise visant à désavouer l’accusateur, le député Ousmane Sonko.

Mais c’était sans compter sur la combativité de l’homme, qui, sitôt la conférence de presse des « députés de Benno Bokk Yaakar » finie, a pris position face à la presse. Il faut reconnaitre que les « marionnettes animées » du président Macky Sall qui n’avaient pas vu la riposte d’Ousmane Sonko venir, en ont pris pour leur grade, tel l’arroseur arrosé.

C’est dans une salle du nouveau bâtiment de l’Assemblée Nationale que les députés ont choisi de convoquer la presse, le vendredi 2 août 2019, prenant le soin de donner à ces instants mimés un caractère éminemment solennel. Il n’est pas superflu de préciser que cette date coïncide avec l’appel à manifester de la plateforme Aar Linu Bokk pour exiger la libération de Guy Marius Sagna, arrêté le 16 juillet à Dakar et depuis peu en détention provisoire pour « diffusion de fausse alerte au terrorisme ».

S’il y’a bien une chose à retenir de la conférence de presse des parlementaires de Macky Sall, c’est le point d’honneur qu’a mis le député Cheikh Seck, président de la commission d’enquête, à entacher la réputation d’Ousmane Sonko. Cheikh Seck a donc dit « fustiger et condamner l’attitude d’irresponsabilité » de Sonko qu’il accuse d’un « déficit d’élégance » pour n’avoir pas daigné répondre aux convocations ou sollicitations de ses pairs.

Mais que pense Ousmane Sonko de tout cela ? Qui connait bien l’homme, sait qu’il n’a pas l’habitude de fuir le débat lorsqu’il est directement interpellé. Alors sa réaction ne s’est pas fait attendre. Face à la presse il a réitéré ses accusations avec la plus grande énergie, comme pour « faire un pied de nez » à ses adversaires du jour :

« Nous maintenons intégralement, entièrement et absolument nos accusations de fraudes fiscales, faux et usages de faux, détournements de deniers publics et concussions dans ce dossier de 94 milliards … qui constitue un délit et un crime financier. »

A la presse réunie, Ousmane Sonko donne l’assurance d’aller jusqu’au bout de sa démarche, en certifiant aux journalistes que si rien n’était fait par le procureur pour lever le voile sur cette affaire de crime financier, il saisirait directement le juge et fournirait aux médias qui le souhaitent les preuves dont il dispose. Last but not least, Sonko finit par asséner le coup de grâce, en s’adressant directement à Macky Sall :
« Je lance un appel à Macky Sall … je luis dis que son pouvoir n’est pas éternel, au mieux, il lui reste 4 ans. Il devra rendre des comptes et il rendra compte ! »

Quelle ironie du sort ! Tel est donc pris qui croyait prendre. À rusé, rusé et demi. Pour ne pas bouder notre plaisir, je vous propose ci-dessous quelques phrases parmi les plus emblématiques du discours d’Ousmane Sonko.

– 👉🏽 L’Assemblée Nationale n’avait absolument rien à faire dans ce dossier politisé dont l’unique objectif est de couvrir les agissements de Mamour Diallo, avec la complicité du président de la république.

– 👉🏽 Après six mois de show, les députés de Benno Bokk Yaakar se sont retrouvés pour présenter leur rapport au public, une procédure en violation flagrante du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale.

– 👉🏽 Je veux dire aux sénégalais que cette mascarade parlementaire visait deux objectifs : 1- absoudre Mamour Diallo, 2- jeter l’opprobre sur ma personne
La vérité c’est que je n’ai rien à me reprocher. Je les défie de prouver le contraire.

– 👉🏽 Si la justice ne fait rien, je convoquerai la presse et je donnerai tous les documents que j’ai en ma possession … Je saisirai également directement le juge … Je maintiens qu’il y a eu concussion.

– 👉🏽 Je veux dire aux sénégalais que cette mascarade parlementaire avait pour objectif de nous de détourner de l’essentiel : le scandale du pétrole du Sénégal qui implique la famille du président.

– 👉🏽 Prenons exemple sur le peuple algérien, le Soudan … Et définissons nos priorités. Il est temps ! Je dis au peuple sénégalais que le combat pour la bonne gestion de nos ressources naturelles ne peut se gagner sans une mobilisation populaire.

– 👉🏽 Je lance un appel pour la grande mobilisation « Aar Linu Bokk ». Je lance un appel aux sénégalais, pour sortir manifester en masse, pour soutenir un homme qui a tout donné à ce pays : Monsieur Guy Marius Sagna.

Dieynaba SAR

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *