Article 48 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale : la forfaiture du Procureur (Par Amadou BA)

Selon l’article 48 : « Si une commission d’enquête a déjà été créée, sa mission prend fin dès l’ouverture d’une information judiciaire relative aux faits qui ont motivé sa création ».

Vous avez bien lu!! Si le Procureur ouvre une information judiciaire sur la même affaire examinée par la Commission d’enquête parlementaire, cette dernière cesse automatiquement d’exister. C’est une stricte application de la séparation des pouvoirs qui interdit au pouvoir législatif de s’immiscer ou avoir la préséance sur le pouvoir judiciaire en matière d’enquête.

Et pourtant, en dépit de la clarté de cette disposition du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui limite les pouvoirs d’enquête et d’audition de ses Commissions d’enquête, Mr Bassirou Gueye, le Procureur de Dakar, a déclaré lors de son show médiatique, qu’il attendrait les conclusions du Rapport de la Commission d’enquête parlementaire avant d’envisager la saisine d’un juge d’instruction.
C’est une négation absolue de ses compétences et une violation flagrante de l’art 48 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui lui donne la préséance et l’autorité suprême, de par son ouverture d’une information judiciaire, pour dissoudre automatiquement toute Commission d’enquête parlementaire.

Maintenant, la question est pourquoi cette fuite en avant de la Justice qui se réfugie derrière les fariboles des députés aperistes ultra-majoritaires dans cette Commission d’enquête? On ne peut nier une réelle volonté de pourrir politiquement l’affaire des 94 milliards pour pouvoir justifier son enterrement judiciaire de première classe. La cause est déjà entendue.

Il faut toujours avoir à l’esprit que cette Affaire ne concerne pas seulement Mamour Diallo, mais aussi ses supérieurs hiérarchiques au ministère des finances dont Amadou Bâ, le Gouverneur de Dakar et d’autres pontes et personnalités du Régime.
Ses répercussions pourraient éclabousser toute la classe politique Aperiste et la Haute Administration sénégalaise, et surtout compromettre les ambitions présidentielles de beaucoup de prétendants à la succession de Macky.

La seule preuve de la culpabilité de Mamour Diallo, au delà de sa plainte tardive, c’est sa mise au congélateur dès la nouvelle présidence de Macky. Il est aujourd’hui payé à 6 chiffres sans aucune affectation, cloitré qu’il est dans son Ranch lougatois.

Comment on peut sanctionner un Directeur des Domaines dont l’innocence ne ferait aucun doute? Macky Sall sait très bien que la création par Mamour Diallo d’un Mouvement de soutien à sa réélection, n’avait pas d’autre but que de lui assurer une immunité politique que la Commission d’enquête parlementaire va lui offrir sur un plateau d’argent.

Madiambal Diagne, Yérime Seck et Mouth Bann qui eux sont convaincus de la culpabilité de Mamour Diallo et des risques de guerre fratricide avec Amadou BA, ont très tôt compris que la meilleure façon de prendre leur part du gâteau des 94milliards, c’est de vendre leur plume aux coupables.

Pendant ce temps, une majorité de militants Aperistes qui devraient aussi supporter avec leurs impôts les magouilles d’une caste de privilégiés, continuent de croire que Sonko serait de près ou de loin mêlé à cette sordide et vulgaire entreprise de prédation de nos deniers publics.

Que la Justice ouvre enfin une information judiciaire pour situer toutes les responsabilités, et mon petit doigt me dit que l’Apr sera en lambeaux après cette Affaire d’État.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *